Imprimer
Catégorie : Paroles de Pilotes
Affichages : 3499

LA PANNE    SAMEDI 29 JUIN    DeGraeveClem062013

Se lever à 6h pour que la première manche commence à 12h15, c'est dur....

  

Le briefing programmé à 10h est repoussé car la mer ne descend pas : le vent pleine mer ralentit la marée.

Le vent est fort, tout le monde leste dans la 1ere manche, mais le lest n'est pas suffisant pour que l'on puisse avoir un bon contrôle du char (92Km/h au GPS). L'empannage assez serré ne pardonne pas l'erreur, tandis que dans le virement le char met beaucoup de temps à tourner. Egon devant n'est pas inquiété sauf vers la fin où je reviens enfin dessus, mais la différence de vitesse est moindre.
Pour la 2ème, le vent baisse mais reste fort (on déleste un peu). Je me dit que si je veux être devant, il faut l'être dès le départ. Je pousse fort, je suis devant, je le reste…. Egon est là en attente d'une erreur, chaque virement ou empannage est un challenge. Ne pas se foirer...


La 3ème et la 4éme se ressemblent. On n’a plus de lest, le vent est faible et les manches ressemblent à la 2eme du championnat de gravelines, à part que là, il y a les 4m/s, ou plutôt que les chars roulent et ne roulottent pas comme à Gravelines (petit clin d'oeil au directeur et jury de Gravelines qui n'auraient jamais du valider cette manche...) Chaque empannage est crucial. Si on dérape un peu trop, on perd de la vitesse, la relance est dure, et on risque de se faire doubler; on manie l'écoute prudemment. (quand même 80Km/h à 4m/s…)
Erwin gagne une manche, Egon l'autre, Egon fait 1, moi 2, Erwin 3. Mon char marche bien, les belges regardent la voile, l'essieu, se demandent si leur char va aussi vite, s'il faut qu'ils modifient quelque chose au leur pour le championnat...
Ils auront la réponse le dimanche; Egon et Erwin ont du dormir tranquille samedi soir, moi moins..

 

C'est bien dimanche qu'Erwin et Egon ont du bien dormir, vous allez savoir pourquoi.

 

Le dimanche, le vent est faible et plein louvoyage.

 

On fait un premier départ, tout le monde à du mal à rouler, on fait des bords un peu carrés au début puis le vent tourne légèrement, on peut allonger un peu mais au bout du 2ème tour, la manche est annulée.

Ce temps là c'est du temps pour Egon et Erwin et ça va vite se confirmer.

On refait un départ et le vent est plein dans l'axe, il faut trouver le meilleur terrain, ne pas perdre de vitesse et maitriser les adversaires, pas facile.

Au premier tour Erwin, Egon, Ivan et moi nous bagarrons, mais Egon et Erwin prennent une petite avance car "j'emmène" dans une option plutôt merdique! Jan Leye et Bernard en profitent pour nous doubler. Ensuite il y a 3 courses: Erwin devant roule d'une façon formidable, il prend des largues impeccables et mène  la manche d'une main de maître. Il finit loin devant Egon qui lui finit quand même un peu loin de Jan, Bernard et moi.

La 2ème manche de la journée est différente, le vent monte mais tourne énormément. Cette fois c'est Egon qui devance la flotte, les adonnantes et le louvoyage il adore ça; et qu'est ce qu'il se passe quand le vent monte? Et bien Ivan sort la tête de l'eau! il fait 2 et Erwin 3.

Du coup Egon est premier devant Erwin puis je complète le podium; Maintenant ils n'ont plus de questions à se poser sur leur pilotage et leurs machines, ils sont au point pour St Peter;

Le championnat approche, faite vos jeux, qui arrivera à déjouer les pièges de Sankt Peter ?

Une remarque pour finir, pourquoi les français font toujours différent? Chaque pays peut sélectionner 10 pilotes + les féminines;

Mais nos amis de la fédé en ont décidé autrement, celui qui est 10ème doit rager...

Au REVERT pour une ballade sur la grève.

Clément

 

DeGraeveEgon062013

 

Classement

 Photos de Walter Carels